L’Espoir: titre de l’hymne national israélien

Fasciné, j’ai lu d’une seule traite l’essai de Danny Trom « La France sans les Juifs ». Sur le fond du traumatisme que la seconde guerre mondiale a infligé à l’Europe, le livre élucide les circonstances politiques, socio-économiques et culturelles qui renouvellent les menaces pesant sur les juifs de France. Finalement l’analyse cale le malaise entre deux pôles. Le premier est l’antisémitisme atavique des mondes chrétien et musulman qui font des juifs le bouc émissaire de leurs mésaventures et dont le prosélytisme doctrinaire s’émousse contre le mur virtuel du judaïsme. À l’anti-pôle apparait l’état d’Israël, calomnié par une presse gauchisante affublée d’œillères pervertisseuses, mais aussi qui ébranle l’allégeance des Juifs à la France. Le poids disproportionné des Juifs dans les niveaux opulents ou érudits de l’échelle sociale se combine avec la réussite technologique, économique et surtout militaire d’Israël pour attiser la virulence de ces pôles.

Le récit s’égare parfois dans une phraséologie ésotérique issue de la formation ou plutôt de la déformation scientifique de l’auteur. La curiosité m’a fait revenir sur les passages nébuleux. Grâce au soutien de Wikipédia je crois avoir saisi le fond de son discours.

Un frisson a parcouru mon échine en lisant que « la résurgence du problème juif . . . s’est produite non pas malgré l’extermination mais à cause d’elle ; non parce qu’il y a des juifs en France, mais parce qu’íl y en a encore ; parce qu’il en reste. » Je sais que l’hyperbole est parfois nécessaire pour sidérer le lecteur, mais je n‘oublierai jamais que je dois mon salut à la compassion d’un grand nombre de citoyens français tout à fait ordinaires.

Le livre ferme sur un avertissement angoissant qui émule l’attitude incrédule des Troyens face au cri d’alarme de Laocoon. Déjà, le danger que ressentent les Juifs de France se propage. Il a atteint la Grande Bretagne et il s’insinue subrepticement sous la mosaïque ethnique des États-Unis. Au-delà de son message le livre éveille en moi, juif Israélien, la crainte que l’indulgence complice accordée par le monde à la belligérance iranienne compromette le sort de mon pays.

Lecture obligatoire pour qui veut s’opposer à ce que l’histoire des juifs prenne fin.