Fleurs de Soleil, envisager le pardon est impardonnable

Pour des raisons qu’un livre récent « La France sans les Juifs » par Danny Trom s’efforce de dévoiler, la France est le berceau de la renaissance de l’antisémitisme meurtrier qui menace les juifs dans toute la Diaspora. Dans ce cadre inquiétant, il est réconfortant de constater qu’il y a aussi en France des gens qui pensent qu’une représentation théâtrale ayant pour thème la Shoah a sa place sur la scène culturelle française. En avant-première mondiale à Tel Aviv, seul sur scène, Thierry Lhermite raconte avec une retenue poignante « Fleurs de Soleil » d’après un récit de Simon Wiesenthal. Sur le fond des atrocités commises par les Nazis que le narrateur a subi et dont il a aussi été le témoin, le récit soulève la question : est-il possible de pardonner ? Passé l’émotion que la magie du théâtre et le talent de Thierry Lhermite avaient suscité en moi, un malaise m’a saisi. Enfant pendant la guerre, par deux fois, j’ai échappé à être réduit en fumée et en cendres. J’ai eu peur, j’ai été battu, j’ai eu faim, j’ai eu froid, j’ai perdu des êtres qui m’étaient chers. Tout cela pour la seule raison que j’étais juif. Ceux qui me pourchassaient ne me connaissaient pas. Ils étaient des machines sans pitié, sans âme, et sans pardon. La question ne se pose pas. On ne peut pas pardonner une machine.

Au cours de ma carrière professionnelle en Israël j’ai guidé la formation de jeunes étudiants venus de partout dans le monde. Leur choix de venir ici était souvent dicté par leur désir d’être témoin du dynamisme qu’une nouvelle nation engendre. Parmi eux il y avait aussi des Allemands avec lesquels je suis encore en relation. Jamais nous n’avons évoqué de manière directe des sujets ayant trait à l’époque nazie. Pourtant je pouvais détecter par leur attitude que le passé laissait sur leur conscience une tache indélébile. Au cœur de Berlin, entre la porte de Brandebourg et la place de Potsdam, sur plusieurs milliers de mètres carrés est érigé le Mémorial de la Shoah. Aucun passant ne peut s’abstenir d’être confronté par la signification de ce monument. Pardonner c’est aussi oublier. L’Allemagne et les Allemands ne veulent pas oublier ; le souvenir de leur crime est le portail de leur rédemption. Ils ne veulent pas que nous pardonnions.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s